Spectacles de théâtre à l'Ecole Nationale Supérieur d'Architecture de Paris La Villette (ENSAPLV)

 

 

Depuis 2012, Rose Guégan met en scène un spectacle chaque année avec des étudiant.e.s de l’École d'architecture de La Villette. Chaque année, un groupe explore une nouvelle œuvre dramatique pour présenter un spectacle en fin d'année. Les participant.e.s suivent aussi un parcours de spectateurs en partenariat avec le Centquatre-Paris, établissement culturel situé à quelques mètres de l'école.

2016
Burn out d'après le roman de Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah - Editions du Seuil
mise en scène Rose Guégan - scénographie Natacha Igrosanac

« Lutter contre l’oubli permanent dont se nourrit l’actualité »*. Le 13 février 2013, Djamel Chaar s’immole devant l’agence Pôle emploi de la rue de la Garde, à Nantes. A travers le roman Burn Out, Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah ont imaginé la vie de cet homme, avant le drame. Ils ont imaginé son métier de clown, ses rêves vibrants à son départ d’Algérie, cette passion du cirque peu à peu écrasée par la nécessité de « gager sa vie », ici, en France. A travers des regards intimes de clown, il s'agit d’évoquer la bataille de cet homme et l’histoire de tant d’autres, de « raconter ses fracas avec délicatesse ».

* Olivier Neveux, Politiques du spectateur, les enjeux du théâtre politique aujourd’hui, Éditions La Découverte, 2013, p.111

 

2015
Incendies
de Wajdi Mouawad
mise en scène Rose Guégan
2014
En attendant Godot
de Samuel Beckett
mise en scène Rose Guégan

Incendies c'est d'abord l'histoire d'un deuil puis de tous ceux qui se cachent derrière. C'est l'histoire d'une guerre, de toutes les guerres, d'une filiation post-mortem, de quêtes. Les étudiants de l'atelier se confrontent aujourd'hui à cette oeuvre majeure de Wajdi Mouawad avec leur engagement et leur curiosité pour une histoire d'aujourd'hui qui pourrait être la leur.

2013
Grand peur et misère du IIIème Reich
de Bertold Brecht
mise en scène Rose Guégan
2012
Les Nigauds
de Carlos Liscano
mise en scène Fanny Gayard et Rose Guégan

Deux vagabonds, Vladimir et Estragon, se retrouvent sur scène, dans un non-lieu à la tombée de la nuit pour attendre « Godot ». Cet homme — qui ne viendra jamais — leur a promis qu'il viendrait au rendez-vous ; sans qu'on sache précisément ce qu'il est censé leur apporter, il représente un espoir de changement. En l'attendant, les deux amis tentent de trouver des occupations, des « distractions » pour que le temps passe.

Sous le nazisme, la peur et la misère affectaient toutes les couches de la société allemande, l'intelligentsia, la bourgeoisie, la classe ouvrière. Il y a certes le courage de la poignée de militants qui, au mépris de tous les dangers, publient une littérature illégale. Mais il y a surtout la capitulation, face à la terreur, d'une trop grande part de la bourgeoisie.

Atmosphère de printemps. On entend les oiseaux. Ké et Kou entrent en scène. Ké traîne Kou et traîne aussi leurs sacs.

© 2014 Compagnie Sans la nommer created with Wix.com
 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus